Sous la plage les pavés
Un site anarchiste de Nice et du sud-est
Combats anti-autoritaires à Nice et dans sa région (1880-1945) [Mis à jour]

 

 

 

Note du 20-10-2017 : nous laissons en ligne la dernière version de ce texte, que nous sommes en train de remanier et d’approfondir, sur la base de recherches récentes et inédites. Une nouvelle version sera en ligne d’ici la fin de l’année. En attendant, que les lecteurs et lectrices n’hésitent pas à nous faire part de vos commentaires, remarques, critiques, etc.

 

 

 

Combats anti-autoritaires à Nice et dans sa région

Première partie : de 1880 à 1945

[Version du 8 juin 2017, légèrement remaniée]

 

Introduction de Sous la plage les pavés :

Nous proposons ici un texte qui revient sur quelques combats dans la région de Nice, de la période qui s’étend de la fin de la Commune à 1945, et sur quelques personnages qui y ont participé.
Nous n’avons pas pour prétention de défendre « notre » ville (comme si les villes, ou leurs quartiers, nous appartenaient) ou un quelconque chauvinisme local.
Si la région niçoise a été plutôt moins traversée que d’autres par les grands épisodes révolutionnaires des XIXème et XXème siècle, son histoire a néanmoins connu un certain nombre d’épisodes intéressantes. La guerre sociale se livre partout, avec des spécificités (qu’il est intéressant de saisir), et beaucoup de points communs d’un endroit à l’autre. C’est surtout dans la perspective de les relier à des situations plus générales que ces combats nous intéressent.
A une époque où la temporalité d’Internet et des réseaux fait tomber dans l’oubli des luttes et des combats importants très récents, évoquer certains épisodes de lutte ou les parcours de quelques irréductibles nous semble important. Nous ne revendiquons pas de maîtres à penser et n’avons pas de modèles à suivre… mais les expériences révolutionnaires du passé continuent de servir d’inspiration à celles et ceux qui comme nous souhaitent lutter ici et maintenant pour un monde radicalement différent.

 

LE TEXTE :

« Longtemps, la situation historique particulière du Comté de Nice a en partie isolé la région du reste de la France, comme des troubles qui ont agité les autres régions.
En 1871, la Commune n’est pas proclamée à Nice comme dans d’autres villes françaises. Les républicains Garibaldi (niçois et Père de l’Indépendance italienne, ce qui en dit long sur les paradoxes de la ville) et Beghelli ne partagent pas les perspectives anti-autoritaires des bakouniniens de la Première Internationale, en rupture avec le républicanisme des carbonari italiens ou des insurgés varois, qui eurent une influence dans la région niçoise.

La ville connaît déjà une forte population italienne. A partir de 1881, des anarchistes italiens sont présents à Nice, puisque Vito Solieri, dit Il Gobbi, est le délégué de la section anarchiste-communiste de Nice au Congrès anarchiste de Londres de 1881.

Le sud-est de la France est le terrain de tensions racistes. A Nice on ne signale pas de faits graves, mais quelques bagarres entre ouvriers français et italiens en 1882-83.

Il existe en 1884 un groupe composé d’anarchistes italiens, Les fils de la misère. Un de ses membres, Florido Matteucci, avait participé avec Errico Malatesta et Carlo Cafiero au soulèvement de la région du Matese en 1877. Tous les membres du groupe, déjà plusieurs fois condamnés en Italie, sont expulsés de France en 1885.

C’est l’époque de la propagande par le fait, des petits groupes anarchistes fortement portés sur les actions armées et les perspectives d’insurrection. En 1890, la police niçoise signale Marcello Vanni comme l’un « des plus dangereux anarchistes », ne travaillant pas et passant sa vie « avec les voleurs et les vagabonds ». Il fréquente Paoletti, « voleur anarchiste ». La Cour d’Assises condamne Vanni à 8 ans de travaux forcés en 1892, mais il échappe à une rafle contre des compagnons italiens avant le 1er  mai, et gagne l’Espagne.

Ces groupes, à Nice comme ailleurs, sont souvent étroitement surveillés par la police. Des mouchards font des comptes-rendus précis de leurs réunions et de leurs habitudes. »

 

 

La suite est à lire en cliquant sur le lien suivant (texte au format PDF) : Combats anti-autoritaires région de Nice (partie 1)

 

Leave a Reply